Marketing

Le syndrome de l’imposteur : les points à savoir

By Carlos Washington, on November 5, 2020
syndrome de l'imposteur

Que ce soit dans le cadre personnel ou professionnel, nous avons tous accompli au moins quelques fois des actes remarquables que nous ne reconnaissons pas. Si nous avons tendance à dire que c’est tout simplement de la modestie, il arrive que cela aille bien plus loin.

On parle ici de syndrome de l’imposteur. Selon les statistiques, 60 à 70 % de la population mondiale l’a déjà expérimenté. Focus sur les points à savoir sur le syndrome de l’imposteur.

Le syndrome de l’imposteur : c’est quoi ?

Le syndrome de l’imposteur est un sentiment qui conduit une personne à douter en permanence de son statut, de ses compétences et de ses accomplissements. La victime a effectivement du mal à accepter ses succès et les attribue à des éléments qui ne dépendent pas d’elle.

Cela peut être la chance, le hasard, les relations ou toute autre chose. Il faut dire que les victimes de ce syndrome ont toujours peur que leur entourage, leurs collaborateurs découvrent leur capacité. C’est pour cela qu’ils élaborent des stratégies pour ne pas être démasqués.

Il faut toutefois comprendre que le syndrome de l’imposteur n’est pas une maladie ou une pathologie. C’est tout simplement un mécanisme psychologique que l’on rencontre plus souvent que l’on ne le croit dans notre vie.

Comment le syndrome de l’imposteur se manifeste-t-il ?

Lorsque nous connaissons le succès, nous devrions ressentir de la satisfaction personnelle, et de la fierté. Cependant, les personnes qui souffrent du syndrome de l’imposteur n’ont pas les mêmes réactions.

Nous pouvons reconnaître le syndrome de l’imposteur en observant quelques points. Parmi eux, il y a :

  • Une faible estime de soi. « L’imposteur » a tendance à être excessivement modeste et humble quand il réussit dans ce qu’il entreprend. Il se dévalorise en expliquant, par exemple, que ce succès n’est rien ou que cela ne lui a pas demandé beaucoup d’efforts.
  • Un évitement des confrontations et des reconnaissances. Une personne qui souffre de ce syndrome veut toujours éviter d’être le centre de l’attention pour ne pas être démasquée. Elle a également du mal à accepter les compliments et les mots gentils.
  • Le fait d’attribuer les accomplissements et réussites à des éléments extérieurs tels que le travail d’équipe.
  • Un surinvestissement dans les tâches à accomplir. La victime est très exigeante envers elle-même et tend à être perfectionniste, car les doutes sur les compétences sont omniprésents dans son esprit.
  • La présence des troubles dépressifs et anxieux.
  • Une grande difficulté à demander de l’aide par peur du jugement des personnes sur l’incompétence.

Comment savoir si on en souffre ?

Besoin de savoir si vous souffrez du syndrome de l’imposteur ? Sachez qu’il existe un test qu’on appelle Échelle de Clance qui consiste à déterminer le degré de votre estime de soi et à identifier si vous souffrez du syndrome en répondant à de diverses questions.

Vous pouvez également consulter un spécialiste pour en avoir le cœur net. À ce moment-là, un entretien suffit à déterminer si vous avez tendance à vous rabaisser et à souffrir du syndrome de l’imposteur.

Comment guérir ou réduire les symptômes du syndrome de l’imposteur ?

Il faut dire que le syndrome de l’imposteur est fortement lié au manque d’estime de soi. Pour pouvoir le vaincre, il faut donc travailler sur cette fragilité pour pouvoir la renforcer pas à pas. La victime doit donc travailler sur elle-même.

Par conséquent, elle doit :

  • Arrêter de lutter contre le perfectionnisme. Nous savons que lutte rime avec souffrance. En se battant contre le perfectionnisme, la victime aura encore plus de mal à s’en sortir. Il faut tout simplement qu’elle accepte ce symptôme et comprendre qu’il ne disparaîtra pas tant que le fond du problème n’a pas été résolu.
  • Reconnaître ses réussites. Bien que cela soit difficile pour une personne souffrant du syndrome de l’imposteur, elle peut tout d’abord commencer à reconnaître l’achèvement de ses tâches et y prendre plaisir étant donné que le terme réussite est trop important et difficile à assimiler. C’est par la suite qu’elle pourra facilement accepter ses succès.
  • Cesser de faire des comparaisons, car cela ne fait qu’optimiser la dévalorisation de soi. En effet, nous avons tendance à remarquer les qualités que les autres possèdent et que nous n’avons pas forcément, pour en faire ensuite une obsession et diminuer notre estime de soi.
  • Avoir conscience de ses compétences et qualités. Cela peut être très bénéfique pour notre estime de soi et diminuer nos symptômes de syndrome de l’imposteur.
  • Être tolérant avec soi-même. Se dénigrer ou se critiquer ne nous aide pas. Il faut être plus objectif et plus juste lorsque vous n’avez pas atteint d’un seul coup votre objectif.

Carlos Washington